Si il y a bien un cas d’école en terme de conditionnement du matériel comme facteur de réussite en photographie c’est bien le cas de la prise de vue en parapente.

Reprise de l’activité après 18,.. 20… ans … je dois donc faire face à deux problèmes : Retrouver mes repères en terme de pilotage et de performance motrice et trouver le conditionnement optimal du matériel pour ne pas me prendre la tête à gérer les aspects techniques. Précisions : Je n’ai pas de sellette cocon, c’est une kuik II Kortel sans caisson central pour les instruments (je ne trouve ça vraiment trop encombrant).

Test de base : photographie avec une gopro à la « mano » (pas de perche).

Pour cela, je conditionne la gopro dans une petite sacoche décathlon à 10€ sur mon torse. La gopro est assurée avec un morceau de suspente.

Avantage : la gopro est accessible rapidement, l’ensemble est très peu encombrant et on visualise en permanence l’ensemble de son corps (notamment les jambes), ce qui est pour moi important en terme de pilotage.
L’avantage c’est qu’on peut jouer sur le premier plan : vue en selfie, vue avec les élévateurs.

 

Etang de Lers en vol parapente – gopro

Etang de Lers en parapente

 

Inconvénient : c’est de la photo à la gopro. Il faut la pré-régler (vitesse d’obturation… protune… blabla…). L’inconvénient c’est que cet angle de champ ne respecte pas l’échelle de la vision humaine.
On a l’impression de faire des photos satellisé à 5000m ;-). Ça donne toutefois de bons résultats, mais cela peut être répétitif.

Saint Girons -1800m – parapente

La manipulation de la gopro est vraiment pas ergonomique en vol (surtout avec les gants…). On trouve aussi tous les problèmes de dérives colorimétriques… bref la gopro c’est pas un reflex 😉

 

Fixation de la gopro sur l’intrados du parapente avec une plaque magnétique.

Le dispositif est intéressant, l’angle en vue plongeante vraiment original, mais très sincèrement je ne ferais pas des heures de vols perché à 3000m avec cette plaque fixée sur l’intrados. On est obligé de la contre assurée avec un brin de suspente sur une attache de suspente existante …et… je n’aime pas du tout le concept car si la plaque se décroche c’est quand même le poids de la gopro qui va tirer sur le profil.

Prat Albis

En terme de résultat, je pense que ce positionnement sur l’intrados est plus pertinent pour de la vidéo.

Côté vidéo… ben c’est assez simple à utiliser et même sans perche on arrive à un bon résultat. Avec mon système (très basique ;-)) on reste limité à un face caméra (pas de prise de vue en latéral), mais on peut jouer sur la contre-plongée pour varier les plans.

En conclusion, la prochaine étape sera le test avec mon sony A7III.
Je regarde aussi du côté des compacts dernières générations, notamment le Sony ZV-1. (petit défaut quand même, il n’y a pas de grand angle et la focale est de 24-70….)

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.