Photographies panoramiques en Ariège

Benjamin Bellamy – séance strobist

Entre « physiologie de l’effort et force tranquille » : Benjamin Bellamy

Comment vous dire… C’est ma première séance photo (hors compétition) avec un coureur que je  connais que par sa réputation et ses résultats…

Pluie, re-pluie pendant 6 mois, et re, re,.. re-bidule.. et émergence de cette séance 8 mois après ma requête auprès de Benjamin. Ouf !

_MG_1303-BorderMaker

En quelques lignes, en sollicitant Benjamin je savais ce que j’allais trouver et que je ne trouve pas en compétition :

  • Des plans alternant séquences « sport » et séquences « décalées » : Il s’agit d’une séance hybride où je souhaitais combiner esthétisme/décalage et effort sportif
  • Des ressources athlétiques mettant en valeur le geste sportif… Benjamin ne court pas… il vole… avec des foulées incroyablement esthétiques, où très souvent ses deux pieds sont en suspension dans l’espace… Sans jugement de valeur : le trail n’est pas toujours un sport facile à photographier… je trouve parfois les plans trop statiques (montée, fatigue des coureurs…)
  • De la bonne humeur !

chapeau-ben-BorderMaker

Le revers de la situation… il faut :

  • Bien anticiper la scénarisation de façon à ne pas être vide d’inspiration le jour « J ». Un peu comme un sportif, j’ai peur de la contre-performance, du vide, de la copie blanche… il y a tellement de paramètres et d’aléas à maitriser…
  • Bien repérer les lieux et optimiser le déplacement et la mise en œuvre technique (merci à Véronique et Coralie)
  • Prévoir quelques accessoires 😉
  • Ne pas s’obstiner sur un plan, afin de varier au mieux les scènes… (le risque de perdre du temps sur un plan qui demande des réglages trop techniques)

_MG_1262-BorderMaker

Mes difficultés… Benjamin court vraiment (trop) vite ! 1/250 s en mono-source (et malgré la puissance du générateur) c’est vraiment juste (et surtout en contre-jour). J’ai donc bien réussi certains plans, mais je suis moins satisfait (de moi) pour d’autres scènes.  Pour la météo ce n’est pas celle que j’attendais, mais ça fait partie des aléas…

Au final, j’ai réalisé (que) 50% du programme : Me voilà rassuré sur mon inspiration et mon imagination ! Pour les photos avec des plans plus larges, ça sera pour la prochaine ! A vous de juger.

Un grand MERCI à Benjamin et à Coralie (sa compagne qui a réalisé toutes les photos du Making Off) 😉

IMG_3022-BorderMaker

4 QUESTIONS POSÉES A BENJAMIN

 

Un bon souvenir d’une course en Ariège ?

Courir en Ariège est toujours un grand plaisir pour moi et il m’est difficile de choisir un seul souvenir mais disons que la course de la Courbière qui emprunte les chemins de mon enfance a une saveur particulière. 

Sans dévoiler tes petits secrets d’entraînement, ta vie de coureur comporte-t-elle beaucoup de contraintes (alimentaire ? fréquence d’entrainement ?)

En fait dans mon quotidien si contraintes il y a elles sont plutôt de l’ordre professionnel avec des horaires de travail un peu étalés. J’essaie donc d’adapter mes entraînements en fonction (6 à 7 entrainements par semaine). D’un point de vue alimentaire, je mange ce dont j’ai envie et je pense plutôt équilibré même si je pourrais sûrement progresser sur ce point. Il est cependant vrai que je sors moins que mes amis non sportifs mais ce n’est pas une contrainte que je m’impose, c’est dans mon mode de vie.  Mais j’aime bien faire la fête et les repas d’après-courses animés…

Sur les courses il y a de nombreux photographes : Quand tu cours, est-ce que tu les repères ou est-ce que tu es concentré et tu passes à vitesse « Grand V » ?

Cela dépend de la course : s’il s’agit d’un gros objectif ou que l’effort est intense la concentration est maximale donc je ne fais pas trop attention à ce qui se passe autour.
Mais sinon j’aime bien « observer » ce qui se passe sur le bord du chemin (spectateurs, paysages et parfois photographes mais ils ne sont pas si nombreux…). 

Sur les courses, grâce à facebook… twitter, on retrouve de très nombreuses images (plus ou moins qualitatives), en qualité d’athlète de haut-niveau, es-tu satisfait des images/photos de toi que tu retrouves dans la presse/blog  ?

Les photos ne me plaisent pas toujours mais cela vient le plus souvent du fait que je fais une « sale tête » pendant l’effort!
Étant curieux, j’étais impatient de découvrir ce qui se passait derrière l’objectif et cette expérience m’a permis d’en apprendre un peu plus sur cet art et de passer un bon moment en bonne compagnie.
Pour ce qui est du rendu, le côté décalé me plait bien même si, comme tout le monde je pense, me voir en photo est parfois un peu bizarre.
Un très grand merci et bravo à Véronique et Stéphane pour cette journée. 

 

  • Dminique Joly

    goude jobe Stéphane,goude jobe ..

Derniers articles